Les Chalets du Sorbier

Actualités des chalets du Sorbier

Vins d’Alsace et vignoble alsacien.

Vins d’Alsace et vignoble alsacien – à découvrir lors d’un séjour « aux chalets du sorbier ».

Les vins d’Alsace, le vignoble alsacien, leur histoire, leurs caractéristiques, savoir lire l’étiquette d’un vin alsacien.

Un article pour y voir plus clair sur le vignoble alsacien et les caractéristiques des vins d’Alsace.

Pourquoi l’Alsace est-elle une région viticole et depuis combien de temps ?

Connaissez-vous les deux caractéristiques principales des vins d’Alsace ?

Savez-vous lire correctement une étiquette de vin d’Alsace ?

  1. Le vignoble alsacien : considérations géographiques et touristiques

L’Alsace est la région de France qui s’étend des Vosges au Rhin. Ainsi fermée à l’ouest et à l’est par la montagne et le fleuve, la région s’ouvre au sud vers la Suisse, et la Bourgogne, et au nord vers les pays rhénans. Cette région regroupe les départements du Haut-Rhin et du Bas-Rhin. Ses villes principales sont : Strasbourg au nord, Colmar au centre et Mulhouse au sud.

Le vignoble alsacien s’accroche au flanc de pittoresques collines, abritées des vents froids et humides du nord-ouest par les montagnes vosgiennes. Il occupe une 100aine de communes des départements du Haut-Rhin et du Bas-Rhin.

Le vignoble alsacien s’étage sur les coteaux entre les Vosges à l’Ouest et la vallée du Rhin à l’Est. Il occupe 14 500 ha, et s’étend sur un large corridor nord-sud d’une 100aine de km de long, et de 1 à 5 km de large, depuis Wasselonne (à la hauteur de Strasbourg) au nord, jusqu’à Thann (à la hauteur de Mulhouse) au sud.

En suivant la « Route des vins d’Alsace », on découvre le chapelet des petites villes anciennes et pittoresques, avec leurs maisons aux poutres apparentes, aux grands toits pointus, supportant parfois au sommet de leurs cheminées des nids de cigognes.

Ribeauvillé, Guebwiller, Turckheim, Riquewihr sont les villes qui fournissent les vins les plus réputés.

De nombreux bourgs et villages de la « Route des vins d’Alsace » sont dominés par les ruines de puissantes forteresses, dont ne subsistent plus que donjons isolés ou pans de murailles démantelées. Au milieu de ces ruines subsiste néanmoins, l’énorme citadelle du Haut-Koenigsbourg, perchée sur un piton isolé et reconstituée intégralement au début du 20ème siècle sur l’ordre de l’empereur d’Allemagne, Guillaume II.

  1. Historique du vignoble alsacien

Les 1ers essais connus de vinification datent de l’an 1000 av. J-C, dans certaines régions méditerranéennes. Les latins et après eux les Romains cultivèrent intensément la vigne.

On ne trouve pourtant trace d’une culture significative de la vigne en Alsace qu’à partir des 8 et 9èmes siècles.

Il semble ainsi que la vigne fut introduite en Alsace un peu plus tardivement qu’ailleurs.

Les vins d’Alsace connaissaient néanmoins déjà une grande célébrité au Moyen Age.

Après 1870, les occupants allemands favorisèrent le développement des cépages médiocres et de forte production.

Depuis 1918, le vignoble alsacien a fort heureusement repris son orientation traditionnelle vers la qualité, en favorisant notamment la plantation des cépages nobles, reconnus pour leurs qualités supérieures, à savoir Riesling, Gewurztraminer, Pinot gris, et Muscat.

Les cépages nobles par opposition aux cépages « médiocres » représentent ainsi déjà plus des ¾ de l’encépagement.

  1. Caractéristiques des vins d’Alsace

Le vignoble alsacien comporte deux caractéristiques originales (cf. notamment, le dictionnaire de la vigne et du vin – Larousse, édition 1999) :

  • Premièrement, sa diversité :
  • diversité de la composition de ses sols (granitiques, sablonneux, calcaires, limoneux, etc.),
  • diversité de ses microclimats,
  • diversité de ses cépages. On appelle cépages, les variétés de plan de vigne. Ces variétés forment la source principale des caractéristiques d’un vin : goût, arômes, teneur des différents composants, aspect. Il en existe ainsi plus d’une centaine en France, dont au moins 13 en Alsace.
  • Deuxièmement, la primauté du cépage sur le clos. La dénomination d’un vin en Alsace dépend, en effet, du cépage qui a fourni le vin, et non de l’aire précise où il a été produit. Cette façon de faire est contraire à ce qui se pratique ailleurs, comme dans le Bordelais ou la vallée de la Loire. C’est ainsi, par exemple, qu’à la suite d’un procès fratricide, et malgré des cépages identiques, les vins des berges sud de la Loire (Montlouis) n’ont plus été autorisés à utiliser l’appellation Vouvray (commune située en face sur la rive nord de la Loire), qui était pourtant commune depuis le Moyen-âge.

Presque tous les vins d’Alsace sont blancs. Les cépages nobles produisent un éventail merveilleusement nuancé de vins blancs, allant des plus secs au liquoreux.

Les quelques vins rouges alsaciens sont à base de Pinot noir

Les vins rosés ou clairets proviennent eux aussi du Pinot noir.

Actuellement l’Alsace produit annuellement environ 1,2 million d’hectolitres (ce qui représente l’équivalent de 160 millions de bouteilles de 75 ccl).

Les différentes appellations des vins d’Alsace sont les suivantes :

  1. L’AOC (Appellation d’Origine Contrôlée) « Alsace » ou « Vin d’Alsace », qui nécessite entre autres le passage par une commission de dégustation, des conditions d’embouteillage (dont un format de bouteille), et peut être suivie du nom du cépage lorsque le vin est issu d’un seul cépage, ou de la dénomination « Edelwicker » (mélange noble). Reconnue en 1962, l’AOC Alsace représente aujourd’hui plus de 70% de la production dont 90% de vins blancs.
  2. La dénomination « Alsace grand cru », qui fixe des conditions relatives à l’aire de production, aux cépages, et doit s’accompagner de la mention complémentaire d’un lieu-dit, parmi 50 terroirs définis par décrets (du 23 novembre 1983, et 6 novembre 1991).
  3. L’AOC « Crémant d’Alsace », déterminée par le décret du 24 août 1976, et regroupant des vins effervescents, blancs ou rosés, élaborés selon la méthode traditionnelle, à partir d’un cépage unique, ou d’un assemblage harmonieux de plusieurs d’entre eux.

Un décret du 1er mars 1984 a autorisé l’ajout de deux mentions que l’on peut trouver sur l’étiquette des appellations « Alsace » ou « Alsace Grand Cru ».

Ces deux mentions désignent des vins dont les baies ont été récoltées tardivement. Le climat semi-continental du vignoble alsacien (faible pluie et ensoleillement remarquable en automne) favorise, en effet, ces récoltes tardives.

Il s’agit des mentions suivantes :

  1. Vendange tardive (VT), désignant desvins moelleux élaborés à partir de raisins récoltés en sur-maturité
  2. Sélection de grains nobles (SGN), désignant des grands vins liquoreux, élaborés à partir de baies enrichies par la pourriture noble et récoltées à la main.

0o0

Maintenant que vous connaissez mieux le vignoble alsacien, et les caractéristiques des vins d’Alsace, nous vous souhaitons une bonne dégustation !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Appelez-nous
Directions